Laurence Anyways

 

La toute première scène du film se fait au son de Fever Ray, « If I had a heart ». Tout d’abord, un intérieur vide, sans propriétaire. Puis, ce personnage inconnu, habillé en femme, sort de son appartement. La suite de la scène est une succession de gros plans sur des visages étonnés, abasourdis, voir moqueurs, face à ce personnage que l’on n’a toujours pas vu de face. 

Des hommes, des femmes, des vieux, des jeunes, tous semblent étonnés par le passage de Laurence. Ce procédé de défilement de visages face caméra est très efficace: il permet de mettre le spectateur littéralement à la place de Laurence, pour lui faire sentir le poids du regard d’autrui sur la différence du personnage. Dès la première scène, Dolan semble donc miser sur l’identification avec le personnage et la sympathie que l’on a pour lui, présente tout au long du film.

Tout est fait pour garder un certain suspense, même s’il on sait avant même d’avoir vu le film que Laurence est un homme, qui a décidé de devenir une femme. Dans cette scène, on ne le voit jamais de face, la fumée le cache ou l’image devient floue quand on serait susceptible de le voir. Ce suspense permet d’happer directement le spectateur et de lui donner envie de découvrir Laurence qui semble tant fasciner ou révulser les passants. Il est, dès cette première scène, défini par le regard des autres: on comprend que c’est là un des sujets du film, la différence et le jugement d’autrui.

La scène semble en suspension, en grande partie grâce à la lente musique de Fever ray. La soundtrack paraît menaçante, en adéquation parfaite avec les regards caméras, souvent haineux ou dégoûtés. Les paroles de la chanson font écho aux désirs de Laurence, de devenir une femme et d’être accepté ainsi:

« This will never end ’cause I want more
More, give me more, give me more »

D’autres scènes à l’ambiance aérienne sont présentes dans ce film, dont la promenade du couple à « l’île au noir« , au ralenti, avec des vêtements tombant du ciel, hommage à la fin de Zabriskie Point

D’autres scènes musicales (Scène du bal – Visage, Scène au club – The Cure, Cours et marche dans les couloirs – Headman)

Mes deux autres analyses de scènes chez Dolan, ici et ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *