Deauville: A Ghost story

A Ghost story, de David Lowery

Prix du Jury, Prix Kiehl’s de la Révélation, Prix de la critique

Casper le fantôme

J’avais déjà essayé de regarder un film de David Lowery, Les Amants du Texas, attirée par ce qu’on présentait comme un Badlands des temps modernes. Erreur. Effet totalement soporifique sur ma propre personne. Soporifique, A Ghost Story l’est un peu. Mais il faut reconnaître qu’il atteint parfois le sublime.

Le film raconte l’histoire d’un couple, joué par Rooney Mara et Casey Affleck –  tristes et neurasthéniques, comme à leur habitude. Jouez dans une comédie, s’il vous plaît, vous me déprimez tous les deux.

Bref, le mari décède dans un accident de voiture, puis revient hanter leur maison. Lowery choisit de représenter le fantôme tel qu’on se l’imagine quand on est enfant. Vêtu d’un drap blanc. Un peu ridicule au début, mais on s’y habitue. S’ensuit une réflexion philosophico-cosmique, sur le temps et la mort. Autant vous dire qu’il ne se passe quasiment rien pendant 1H30. Il doit y avoir environ 10 minutes de dialogues mis bout à bout. Mais bon, pour ceux qui me connaissent, vous savez que les films où il ne se passe strictement rien ne me dérangent pas.

A Ghost Story est une réussite visuelle, à défaut d’être une réussite scénaristique. La photographie est tout simplement magnifique, notamment dans les scènes d’intérieur en pleine lumière. Une ambiance vraiment particulière, très poétique et mélancolique, se dégage de ce film. Rien que pour cela, le film mérite d’être vu.

Quelques scènes très réussies, qui marqueront assurément le spectateur: la scène de la chanson du mari, le dîner entre une mère et ses enfants, un long discours sur l’avenir de la planète -un moment béni dans un film où personne ne parle mais se dévisage, en silence-, les échos à travers le temps et l’espace, et surtout, la scène de fin.

Reste en mémoire la scène la plus horripilante que j’ai pu voir ces derniers temps au cinéma: un plan sur Rooney Mara en train de manger une tarte, qui dure environ 10 minutes (!!!). 10 minutes centrées sur une personne qui mange, croyez moi, c’est long. Puis, madame va vomir sa tarte. Etait-ce vraiment bien nécessaire?

Un peu surprise par l’avalanche de prix pour ce film, qui est certes très original et audacieux, mais que j’ai trouvé bien moins marquant que Katie says Goodbye...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *