Deauville: My Friend Dahmer

My Friend Dahmer, de Marc Meyers

De gauche à droite: le ‘présentateur’ du festival, l’acteur principal (Ross Lynch), l’auteur du roman graphique d’origine (John « Derf » Backderf), le productrice Jody Girgenti et le réalisateur Marc Meyers. Fait étonnant, John Backderf était un ami d’enfance de Jeffrey Dahmer. Il est d’ailleurs représenté dans le film.

Le film raconte l’histoire de Jeffrey Dahmer, un serial killer très connu aux Etats-Unis, qui a tué 17 personnes dans des circonstances effroyables. Le réalisateur a l’intelligence de ne montrer aucun de ces meurtres. Le film s’arrête juste avant son premier meurtre. My Friend Dahmer se concentre uniquement sur l’adolescence du personnage, explore sa psychologie, dans le but d’expliquer, peut-être, son passage à l’acte. Le film le représente comme un adolescent associal et alcoolique, au sein d’une famille dysfonctionelle, qui n’a clairement jamais pris la mesure de ses problèmes psychologiques. L’activité principale de Jeffrey consistait à récupérer des animaux écrasés sur la route, les disséquer, et de les dissoudre dans l’acide…

L’originalité du film tient dans un mélange équilibré entre teen movie classique dans une lycée (ses éternels bullies, ses castes, son prom, les couloirs et leurs casiers) empreint d’une certaine nostalgie des années 70 et le récit glaçant d’une adolescence troublée, qui mène Dahmer au meurtre. Marc Meyers sait créer le malaise, notamment lors des scènes qui se déroulent dans la petite cabane de Jeffrey, où il fait diverses expériences sur des animaux morts, ou lorsque ses premières pulsions meurtrières le saisissent.

On notera aussi le souci d’authenticité et de réalisme. Le film a été tourné dans la petite ville d’Ohio où Dahmer a grandi et certaines scènes ont même été tournées dans sa véritable maison d’enfance. Selon les dires de John Backderf, Ross Lynch, le comédien principal, ressemble à s’y méprendre à Dahmer. Il retranscrit parfaitement le mal-être de cet adolescent, avec ses épaules avachies et son regard apathique. Un rôle à contre-emploi, pour ce comédien, qui était plutôt un habitué de Disney Channel..

Le film est bien rythmé, la mise en scène efficace, mais je ne me suis jamais véritablement sentie emporté par cette histoire – la faute au sujet, peut-être…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *