Qu’aller voir au cinema ?

A voir !

Drunk

Je suis retournée ce film après l’avoir vu une première fois avant la fermeture des cinémas. Un film parfaitement adapté à l’esprit du moment, par son thème et son dénouement – que je ne vous révélerai pas. 4 professeurs en lycée, au Danemark, découvrent que selon le psychiatre Finn Skårderud, il manquerait 0.5g d’alcool dans le sang aux êtres humains, s’ils veulent être heureux. Les voilà donc embarqués dans cette expérience : boire au travail et observer les effets sur leurs relations professionnelles et personnelles…Le film impressionne par sa subtilité, la qualité de l’interprétation, sa mise en scène efficace, qui ne tombe jamais de manichéisme et les clichés. Il faut aller voir ce film pour sa scène finale absolument magnifique, qui va assurément marquer les esprits. Elle ne peut véritablement s’apprécier que sur grand écran…

Promising Young Woman

Cela commence comme un thriller, par une superbe scène d’introduction dans une boîte de nuit. L’héroïne feint d’être soûle. Un homme en apparence bien intentionné la ramène chez lui pour un « dernier verre. » Il essaie de l’agresser sexuellement, jusqu’à ce qu’elle révèle qu’elle est sobre… Vous dire la suite serait vous spoiler. Promising Young Woman oscille entre différents genres (thriller, comédie romantique, drame) et n’est jamais là où on l’attend. Une satire amère des Etats-Unis, où l’impunité règne, particulièrement sur les campus universitaires où les agressions sexuelles sont fréquentes et souvent sans suite. Le titre fait d’ailleurs référence à Brock Turner, qui avait violé une étudiante à l’université de Stanford. Condamné à 3 mois de prison, il avait été décrit comme un « promising young man » par de nombreux médias. Promising Young Woman a un côté série B kitsch totalement assumé, qui permet de jouer avec le spectateur, qui ne s’attend pas à une noirceur pareille. Le film vaut surtout pour l’interprétation magnifique de Carey Mulligan, impressionnante en justicière prête à tout. Il est incompréhensible qu’elle n’ait pas reçu l’oscar pour ce film. Sachez qu’il n’y a pas de scènes d’agression sexuelle ou de viol dans ce film : sa virulente dénonciation n’a pas besoin de cela.

ADN

Maiwenn, ça passe ou ça casse. Certains trouvent ses films nombrilistes, narcissiques, sur-joués. Oui, le film est autocentré (est-ce mal de parler de soi ?) mais une fois ce postulat accepté, on peut apprécier ses nombreuses qualités. ADN est un film très sensible sur la recherche d’identité. A la mort de son grand père, l’héroïne décide de partir en quête de ses origines. L’histoire est simple, la mise en scène sans esbroufe. Certes il y a des maladresses, quelques scènes qui sonnent un peu faux (l’enterrement), mais le film surprend par sa sincérité, l’émotion que Maiwenn arrive à transmettre et quelques passages marquants comme la scène d’introduction ou la dispute mère/fille. Allez le voir si vous n’êtes pas hermétiques à son personnage..

Pourquoi pas ?

Sons of Philadelphia

Présenté comme un film de gangsters, c’est plutôt un drame familial à la James Gray. Pas déplaisant mais un peu stéréotypé, lent et cousu de fil blanc. Néanmoins, le cinéaste arriver à capter les Etats Unis des déshérités et des exclus du rêve américain avec une certaine authenticité. La relative qualité du film est due à sa belle fin et à la superbe bande originale du français Séverin Favriau.

Mandibules

Un moment sympathique mais en dessous des précédents Dupieux. Est-ce lié aux deux acteurs principaux, au scénario, au surjeu d’Adèle Exarchopoulos ? Sûrement un peu de tout cela. Si le début est réussi, la suite du film est poussive et de moins en moins drôle… Dupieux nous avait habitués à mieux et à plus loufoque. Seule la « morale » du film convainc.

C’est un non !

Falling

La première réalisation de Viggo Mortensen. Un film très lourd dans son propos, le personnage du vieil homme étant un concentré de vulgarité et d’obscénités. Il déblatère des horreurs pendant 2h, ce qui est fatigant pour le spectateur. Un personnage insupportable, pour lequel on n’a aucune empathie. Le film devient donc rapidement pénible à regarder, on reste totalement extérieur à cette histoire et l’émotion est quasiment absente. Seule l’interprétation de Viggo Mortensen est à sauver.

Envole-moi

Une comédie française sympathique mais très facile et attendue. Le scénario semble écrit à l’avance. Les intentions d’Envole-moi et son message sont louables, mais cela n’en fait pas un bon film. Inutile de le voir au cinéma…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *